"Regardez et regardez à nouveau, observez - il se peut que vous aurez des lumières..."

La Gaspésie: au bord de l’infini

Je me suis toujours intéressée aux endroits spirituels où les souvenirs et les histoires résident en tant que mémoires et en tant qu’inspirations dans le paysage et la nature. Au fil du temps, ces terres ont été altérées par les hommes. La Gaspésie est un de ces endroits. Gaspé est un mot Micmac pour « fin de terre ». Cette péninsule est la plus ultrapériphérique avancée en territoire continental de la mer du Québec ; c’est la Finistère de la Bretagne — « finis terrae » — qui est située en France ; c’est Cornwall — avec ses propres fin de terres — qui se trouve en Grande-Bretagne, ou bien Cap Finisterre de l’Espagne installé sur le continent européen. La Gaspésie est donc fin du nouveau monde qui reflète la fin de l’ancien monde. Au terme de ce monde, la vie précaire a été formé – toujours tributaire de la mer. Mes photos s’attardent sur les traces de cette vie qui se trouve en plein cœur de l’hiver, quand la terre est en mode hibernation. Un excellent auteur-compositeur-interprète Gilles Vigneault a déjà dit que “ce n’est pas un pays, c’est l’hiver”, coupé du monde extérieur et nous offrant des instants de la vie suspendue dans le temps et l’espace. J’ai passé trois hivers de suite, à deux reprises chaque année, afin de décliner la péninsule de Gaspé; j’ai amassé un ensemble de travaux essentiel et très intéressant. L’ensemble de mes œuvres sera présenté sous la forme d’une exposition itinérante et très beau livre, à la couverture rigide, au Musée de la Gaspésie le 6 juin 2014.

http://lindarutenberg.com">English | Français
Facebook Twitter LinkedIn YouTube Email